« PRESQUE TROP »

Photo de Odieuxboby

Et voilà, souvent annoncée, longtemps repoussée, Bigflo et Oli viennent officiellement de nous déclarer la prise de leur pause pour le 14 octobre 2020. Une date où ils se retireront de la lumière, coupant les réseaux sociaux pour une durée indéterminée. Presque 2 ans que les Visionnaires, fans des deux frères, en attendent parler, presque 2 ans qu’ils la redoutent, s’imprégnant de la moindre seconde d’apparition TV ou scéniques des deux Toulousains comme si c’était la dernière… Presque 2 ans que Florian et Olivio Ordonez ne cesse de multiplier les projets de collaborations avec d’autres artistes ou autre marque de vêtements. Presque 2 ans, donc, que cette pause est devenue mythique…
Mais ça y est, on y est, le mythe a pris le dessus sur la réalité, la pause va bel et bien être prise. Extinction du son et des lumières avant la goutte de trop…. Et comme une énième preuve de leur lucidité, avant de nous dire « Au revoir », titre de leur dernier morceau, ils sortent un documentaire Netflix nommé « Presque Trop ». 


Un documentaire émouvant, réalisé par Bigflo et Oli eux-mêmes accompagné du talentueux et prometteur Jérémie Levypon. En tant que fan du groupe depuis près de 4 ans, ayant fait partie pendant plus de deux ans des 5 gérantes de le Team Visionnaires, groupe fan officiel des frères, je ne vous cache pas qu’il m’est difficile d’écrire cet article en n’ayant pas de pincement au cœur, tant les souvenirs de leur ascension fulgurante que j’ai vécu à leur côté, de près ou de loin, me reviennent. Voilà un an, que je me suis retirée du monde des fans, vivant un divorce et des changements de vie personnelles importants, me forçant à prendre du recul sur beaucoup de choses. Mais quelle n’est pas tout de même cette angoisse inexplicable que je ressens – peut-être stupide aussi – d’imaginer passer désormais 12 à 18 mois sans eux, sans avoir aucune de leurs nouvelles. Même si ma vie m’a forcée à me mettre en retrait, cette année, pour me concentrer sur moi et ma reconstruction, je savais qu’à n’importe quel moment, je pouvais les retrouver. Là, ils ne seront plus disponibles… C’est en me plongeant dans leur documentaire (et plutôt deux fois qu’une) que j’ai réalisé à quel point ils m’avaient manqué cette année… C’est bien connu, c’est quand on perd quelque chose, qu’on se rend compte à quel point elle était importante dans notre vie. 


Mais trêve de nostalgie, c’est bel et bien de leur documentaire dont il est question ici ! Et quel documentaire ! Il rendra nostalgique tout fan les ayant suivis à un moment donné dans leur carrière, réactivant avec certitude leur envie de les revoir et de les réécouter. Pas de doute, l’émotion ressentie en regardant ce documentaire assurera à Bigflo et Oli la présence de leurs fans à leur retour ! Mais pas que ! La douceur mélodieuse qui accompagne l’histoire contée des deux Toulousains, contrastant avec leur vie de rêve à 1000 à l’heure, convaincra même les admirateurs occasionnels et curieux badauds attirés par hasard. 


Le documentaire a pour but de mettre en avant l’évolution fulgurante de la carrière et de la popularité des deux frères en s’appuyant sur la préparation de leurs deux stadium de Toulouse et de leur U-Arena de Paris en 2019. Je ne vous décrirai pas ce que l’on y voit ou ce que l’on y découvre. Pour cela, je vous invite fortement à prendre 1h40 de votre temps pour le regarder et pour le découvrir par vous-même. Mais ce que je peux vous dire, c’est que Jérémie Levypon a réussi le pari incroyable de nous faire vivre – un temps soit peu – à travers notre écran, ce qu’est la réalisation concrète d’un rêve. Nous réalisons l’envers du décor, tout ce que la mise en place de ce rêve nécessite pour devenir réalité, avec tout ce que l’on ne voit pas et tout ce que l’on ne s’imagine même pas ! Tout le travail que ça implique, pas seulement pour être rappeur, mais aussi pour gérer la vie de rappeur, avec son lot de travail acharné pour répéter les concerts mais aussi les « penser ». Tout le lot d’émotions que ça engendre, de doutes, de joies, de pleurs, de fêtes, de pressions et de stress aussi. En tant que fan, nous ne voyons que l’apparat de ce rêve, tel qu’on se l’imagine dans notre tête, où tout est beau et tout est facile. On s’en fait une image, comme celles que l’on colle sur les murs de nos chambres et l’on ne s’imagine pas une seule seconde tous les sacrifices que cela demande. Car comme le dit si bien Bigflo dans le documentaire, leur « plus grand rêve », pour nous, n’est « juste qu’une belle soirée ». Mais pour eux, c’est presque toute leur vie qu’ils mettent en jeu. Parce-que : « Réaliser un rêve, c’est le tuer. Qu’est-ce qu’on va faire après ?”.


Ce documentaire est également tout aussi touchant par la sincérité et la sensibilité qui se dégage des deux frères. Pour nous les fans, cela n’est guère une surprise. Comme le fait remarquer Oli dans le reportage, on les connaît « par cœur ». Mais pour quelqu’un de plus « retiré » il est intéressant de découvrir la relation des deux frères, à la fois fusionnelles dans leur amour et diamétralement opposés dans leur caractère. On y découvre un Bigflo sensible (et sans casquette – fait assez rare pour être souligné), un Oli boute-en-train et essentiellement passionné, croquant tous les deux leur rêve à pleine dent tout en subissant le contre-coup de leur popularité. Mais c’est sans compter le soutien sans faille de leurs proches, famille ou amis, toujours présents à leur côtés, prêts à leur redonner le sourire pour tempérer leur vie effrénée, les faire rire pour leur faire oublier leur stress, ou bien les prendre dans leurs bras pour supporter le trop-plein d’émotions fortes. L’amour, la bienveillance et le respect règnent dans ce groupe qui a su crée une ambiance sereine et saine avec leur équipe technique et leurs musiciens, accompagnés de leur papa presque aussi populaire qu’eux, Fabian Ordonez, et de leur maman très appréciée par leurs fans, mais aussi de Wawad, leur ami d’enfance beatboxeur. Sans eux, Bigflo et Oli ne seraient pas ce qu’ils sont aujourd’hui et ce documentaire est aussi comme un hommage à leur présence dans la vie de Florian et Olivio et dans la carrière de Bigflo et Oli.

Photo de Odieuxboby

C’est donc avec les yeux remplis d’étoiles – quand ce n’est pas de larmes – que l’on regarde attentivement ce documentaire sans se rendre compte du temps qui passe. 1h40 à partager, un temps soit peu, la vie de deux jeunes garçons, devenue un rêve… 1h40 à pleurer, rire, frissonner avec eux, à s’imaginer, ne serait-ce que quelques secondes, être à leur place. 1h40 qui nous fait revenir, nous aussi, sur nos propres rêves, réalisés ou non, nous poussant – qui sait – à les mettre en route. 1h40 nous dévoilant « la vraie vie » de Bigflo et Oli devenue « vie de rêve » tout en nous révélant aussi le talent de leur jeune réalisateur, Jérémie Levypon. 


N’attendez plus, que vous aimiez ou non Bigflo et Oli, venez découvrir leur documentaire. En plus d’y découvrir deux talents indéniables dans leur domaine, vous y rencontrerez deux jeunes hommes sincères et généreux, prônant l’amour, l’amitié et étant de véritables exemples de bonté, de bienveillance, de motivation, d’ambition et d’acharnement pour quiconque. Ils ont su me réconcilier avec le rap. Celui qui est beau à écouter et plaisant à lire. Celui qui donne espoir et prône l’humanité. Celui où le genre musical est parfaitement mis en avant avec un flow travaillé et des textes recherché, sans aucune once de méchanceté ou d’agressivité. Bref…


Des talents inouïs. Une vie de rêve accomplie. Un documentaire réussi. Là est tout le mérite de Bigflo et Oli. (J’avoue, ça, c’était pour la rime 😉)

Voici la bande d’annonce :

Élo-Esperanza

_

amour (3) analyse (8) avis (14) Beatbox (1) berywam (1) bigflo (5) bigflo et oli (8) Blog (3) book (3) chanson (3) concert (3) couple (3) critique (10) culture (2) dieu (2) Disney (2) désir (2) famille (3) Fan (2) Fantastique (4) foi (4) harry Potter (3) hip-hop (1) lecture (7) life (4) lifestyle (3) littérature (2) live (3) livre (7) magie (2) music (3) musique (7) oli (5) paroles (4) rap (9) rap français (3) rappeur (5) roman (2) stadium (2) story life (2) texte (2) toulouse (2) vie (5) visionnaires (3) écriture (2)