ANALYSE DE L’ALBUM « LA VIE DE RÊVE »

71teARnWatL._SY355_

Il y a un peu plus de deux ans, le 8 Septembre 2018 exactement, une joie intense s’est emparée de tous les Visionnaires : Bigflo et Oli annonçaient la sortie d’un nouvel album ! Dans un premier temps annoncé comme une suite de « La Vraie Vie » sortie en Juin 2017, cet opus aurait dû, initialement, sortir quelques semaines après. Ce troisième album est finalement sortie un an et demi plus tard, le 23 Novembre 2018, sous le nom de « La Vie de Rêve ». En effet, face au succès – mérité mais fulgurant – de son grand frère « La Vraie Vie », cet album aura finalement eu le temps d’être travaillé et maturé par Bigflo et Oli, (entre deux concerts et 3 parties de FIFA). Au final, il sortira en tant que troisième album à part entière, faisant tout de même écho à son prédécesseur et les faisant fonctionner tout deux en « diptyque », comme aime le qualifier Bigflo.

Surprise ? Pas tant que ça… Les Visionnaires les plus à l’écoute se doutaient d’une suite à « La Vraie Vie » à cause d’un subtil indice présent à la fin du morceau « Dans mon lit » (que je vous laisserai aller découvrir par vous-même si ce n’est pas déjà fait). Mais « surprise » quand même tant cet album est une véritable pépite à écouter à laquelle, pour sûr, beaucoup ne s’attendaient pas ! Vous allez comprendre pourquoi…

Alors, vous allez me dire : Pourquoi une analyse de cet album 2 ans après sa parution ? Et bien tout simplement parce que j’ai écrit cet article il y a deux ans pour le Site de la « Team Visionnaire », ancien groupe fan de Bigflo et Oli,  et que j’avais envie de le ressortir pour le publier sur mon site tout en y apportant quelques subtilités acquises avec le temps. Enfin, les frères étant en pause pour une durée plus ou moins indéterminée, il va sans dire que réécouter et redécouvrir leurs sons apporte du baume à nos cœurs de Visionnaires.

« Nous Aussi 2 » : C’est le single promo du 3ème album faisant le bilan de leur carrière et répondant à un morceau de leur premier opus : « Nous Aussi ». Centré sur leur réussite, avec un texte en deçà de leurs capacités comparé au titre de « La Cour Des Grands », ce titre n’en reste pas moins un titre annonçant parfaitement le troisième album. Bien qu’il ait suscité pas mal de réactions mitigées chez certains visionnaires, surpris par un second degré plus agressif et moins subtil que dans « Nous Aussi 1 » ainsi qu’inquiets face à un style jugé trop « commercial », il semble tout de même en satisfaire d’autres. En effet, dynamique et impétueux, il colle parfaitement à l’euphorie de nombreux fans et autres amateurs de Bigflo et Oli dans l’attente de nouveaux sons et donne envie d’entendre la suite à tout le monde, pour confirmer ou infirmer leurs premières impressions. Avec 2 millions de vues en 24h, le clip réalise, à l’époque, le meilleur démarrage vidéo de Bigflo et Oli sur leur chaîne Youtube. On peut donc dire que la mission promo « lancement de l’album » est réussie. Affaire à suivre…

« Plus Tard » : Deuxième titre promo de l’album, contrastant complètement avec le premier par son côté plus posé et chanté ainsi que son message sincèrement touchant. Effectivement, ce morceau parle des croyances que l’on pouvait avoir lorsque l’on était petit et met en avant cette innocence et cette naïveté parfois toujours présente à l’âge adulte. Nous nous sommes tous reconnus dans une partie de la chanson, nous avons tous souri, si ce n’est pas, même, verser une petite larme en repensant à ces moments d’insouciance perdus en grandissant mais si réconfortants dans les moments où nos problèmes d’adultes nous pèsent. Et c’est certainement ce qui fait le succès de ce titre-radio destiné à attirer les auditeurs sur l’album. Cependant, les visionnaires les plus pointus et les plus fins connaisseurs de l’immense talent de Bigflo et Oli reconnaîtront, amicalement, qu’avec un sujet aussi puissant, nos deux toulousains sont tout de même capables d’écrire un texte beaucoup plus riche. Mais quand on connaît la suite de cet album, on ne peut pas vraiment leur en tenir rigueur. Vous allez voir…

« Demain » : C’est le premier titre du troisième album révélé officieusement. En effet, dévoilé début Juillet 2018, avant même l’annonce de la sortie d’un troisième album, ce titre est passé pour une simple (mais prodigieuse) collaboration entre Bigflo et Oli et Petit Biscuit. Production excellente se mêlant parfaitement au texte de Bigflo et Oli, ce titre nous invite à danser pour oublier nos problèmes tout en profitant du moment présent. Il est ainsi le candidat idéal à un tube de l’été en étant dansant et festif, et au vu du NRJ Music Awards reçu pour le clip de l’année quelques mois plus tard, nous pouvons en déduire que l’objectif de ce titre a été on ne peut plus atteint.

« Rentrez chez vous ! » : Ça y est, nous entrons dans le vif du sujet, le moment où le véritable album de Bigflo et Oli commence réellement et où leurs talents se dévoilent au grand jour ! Ce titre est certainement un des titres les plus poignants de Bigflo et Oli ! Il traite de l’immigration, sujet qui touche personnellement Flo et Oli, en prenant le contre-pied de celui-ci et en choisissant d’inverser les rôles : Dans cette histoire, les migrants sont les français devant fuir la France en guerre. Flo et Oli se mettent en scène et s’inspirent de l’actualité, des discours politiques et des témoignages entendus pour raconter une histoire fictive mais empreint de réalisme tant celle-ci est simple à s’imaginer dans notre tête. Leur talent d’interprète, qui plus est, rend cette tragédie encore plus touchante et contribue aux émotions suscitées par l’écoute de ce titre. Cela contribue à la sensibilité que provoque l’histoire racontée dans ce titre. On peut facilement imaginer les différentes scènes de celle-ci dans notre tête et ainsi se représenter très modérément les émotions des personnages. Ce n’est pas la première fois que Bigflo et Oli nous offrent de telles pépites ; nous avons déjà connu cela sur le premier album avec « Monsieur tout le monde » qui traite, à l’extrême, de la dépression et du suicide ou sur le second avec « Salope » qui évoque les fléaux de la prostitution. Nous les savons très doués pour ce genre de morceau en storytelling (Comprenez le fait de raconter une histoire sous la forme narrative) prenant aux tripes, très matures, sensé, reflétant l’humanité qu’ils veulent mettre en valeur ainsi que leur sensibilité. C’est aussi une manière, indirecte, de militer pour des sujets qui leur tiennent à cœur. Et on ne va pas se mentir : c’est pour cela qu’on les aime.

« Bienvenue chez moi » : Véritable hymne à la France, Bigflo et Oli nous font voyager aux quatre coins de l’hexagone à travers les clichés des différentes régions. Mais là où ce morceau se démarque, c’est que les deux frères toulousains rendent ces clichés positifs et en font des fiertés régionales qui contribuent à la beauté et aux richesses de notre pays, la France. C’est un choix plus que judicieux de l’avoir mis juste après « Rentrez chez vous ». En effet, cela accentue le message de ce dernier morceau en lui donnant encore plus de poids : après avoir eu le film fictif de ce que l’on pourrait vivre dans une France en guerre, nous voilà de retour dans notre réalité nous faisant réaliser la chance que nous avons de vivre paisiblement en France. Enfin, quel fan ou auditeur n’a pas ressenti une once de fierté en entendant le passage de la chanson sur sa ville ou sa Région ? Nous en avons tous été flatté. Cela amène de la positivité et de la légèreté après un titre au message on ne peut plus difficile à entendre. Très bon choix dans la tracklist !

« Maman » : C’est certainement le morceau le plus attendu de ce nouvel album ! En effet, après le succès de la chanson « Papa » dans l’album « La Vraie Vie », tout le monde voulait aussi un morceau pour la maman. Cependant, détrompez-vous si vous pensez ces deux titres identiques. Leur seul lien réside dans le fait qu’ils parlent tous les deux des parents de Bigflo et Oli. Certes, nous découvrons dans ce morceau la relation conflictuelle et maladroite qu’entretenaient Florian et Olivio avec leur maman ; mais nous pouvons également ressentir, à qui sait lire entre les lignes, beaucoup de douceur et d’amour. Effectivement, cela change des chansons traditionnelles sur les mamans, mais cela montre un autre versant des relations mère/enfant qui, à coup sûr, parlera énormément à ceux que les morceaux habituels laissaient indifférents voire…différents. Aussi, il faut relever la prise de risque que représente ce morceau. Après le succès de la chanson « Papa » qui en a ému plus d’un, tout le monde s’attendait à un morceau tout aussi émouvant. Mais il faut y voir ici un gage de sincérité de la part des frères qui ne souhaitent pas peindre l’histoire idyllique que tout le monde voulait. Bien au contraire. Ce morceau leur a aussi certainement permis de se libérer du poids de quelques sentiments peut-être trop durs à porter et à avouer, qui venaient entacher une relation tout de même bien trop précieuse. Ainsi, même s’il n’est pas aussi mielleux que les autres morceaux sur les mamans, ce morceau n’a néanmoins rien à envier à leur beauté !

« La seule » : C’est un hymne à leur passion pour la musique. Ils sont en featuring avec deux autres artistes peu connus du grand public et d’univers différents. Ce mélange des genres est également, en lui-même, une preuve de leur amour pour ce 4ème art. Pour ceux qui connaissent le regaeman français Nâaman, nous pouvons noter à quel point ça fait plaisir de l’entendre chanter en français avec sa voix suave et quelque peu mielleuse mais aussi de découvrir la richesse des magnifiques mots de Kacem Wapalek. Ce morceau est un véritable hommage au sens même du rap « Rythm and poetry » tant les mots de cette chanson sont réfléchis en plus d’être magnifiquement dits et rappés. C’est un titre qui allie modestie et talent, où les artistes rappent l’espoir, l’avenir et le rêve que la musique leur a procuré dans leur vie, ou leur procure encore aujourd’hui. Ils parlent tous de la musique comme un remède et un secours, la seule valeur sûre dans leur avenir parfois flou qu’ils savent toujours incertain. De plus, ce dernier fait également écho à «C’est pas du rap…» de leur premier album puisque Bigflo et Oli utilisent aussi dans ce titre une personnification de la musique en une figure féminine dont ils sont amoureux.

« Florian » : Le solo de Flo est également un des morceaux les plus attendus. En effet, dans « La Vraie Vie », seul Oli en avait un. Tout le monde se demandait bien pourquoi… Nous avons maintenant la réponse : parce-qu’une suite à l’album était prévue depuis le début ! Dans son morceau, Florian raconte son histoire avec une sincérité et une sensibilité des plus accrues. Nul ne peut contenir la compassion qu’il éprouve pour Flo en écoutant ce titre. On a envie de le prendre dans nos bras, de pleurer avec lui tout en le consolant, de lui faire un gros câlin collectif avant d’aller frapper tout ceux qui l’ont malmené dans sa vie ! (PS : La violence, c’est mal les amis…). Ce texte a été libérateur pour Flo, mais également pour beaucoup de visios qui ont été touchés par ses mots (et ses maux…) ou qui se sont reconnus à travers lui. Cependant, ce n’est pas le message que Flo voulait transmettre avec ce solo. Au contraire, ce titre est puissant d’une hargneuse fierté de s’en être sorti malgré les coups reçus et pousse ses auditeurs à se battre et à prendre confiance en eux pour faire de leurs faiblesses une force. Ce solo est porteur, constructif, et moteur, autant pour Bigflo que pour ses fans. Il est un bel exemple de vie. Rempli de maturité, Flo nous fait part de son côté « grand enfant » qui lui colle malgré lui à la peau mais qui, en même temps, fait partie intégrante de lui-même. Comme une carapace protectrice, il semble avoir caché son manque de confiance en lui derrière cette caractéristique qui le raccroche à son enfance, inhibant sa peur en l’avenir et ses failles. Fort de ces expériences, c’est la confiance en lui et l’acceptation de lui-même, montant crescendo au fil du morceau, autant dans sa voix que dans son texte, qui marque la fin de celui-ci, le rendant ainsi, aux yeux des fans, classique et indispensable !

« Les années sont passées et ont effacé mes blessures
Le succès prend ma confiance dans ses bras et la rassure
La petite graine a poussé, elle est sortie des orties
Les cicatrices c’est pour se rappeler qu’on s’en est sorti »

Photo prise par Odieux Boby

« Ferme les yeux » : Morceau écologique en featuring avec le groupe Tryo, mélangeant, comme dans le titre « La seule », deux univers musicaux différents. Le texte est composé d’énumérations écrites sous la forme d’antiphrases, dans le but de dénoncer l’impact de certaines de nos actions que nous avons tendance à trop souvent minimiser. En effet, ce morceau, à visée écologique et engagée, met en avant le comportement contradictoire, stupide et individualiste de l’Homme tentant de se donner bonne conscience dans ses actes tout en minimisant l’urgence du mal-être de la planète. Le but de ce morceau est bien évidemment de sensibiliser et de faire réfléchir et les artistes ont décidé de faire cela en utilisant l’euphémisme. Ce titre est le fruit d’une belle collaboration réfléchie, sensée et constructive.

« Rendez-vous là haut » : C’est un morceau sur le deuil vu de manière positive à la façon hispanique, faisant ainsi référence à leurs origines argentines. Flo et Oli parlent à la première personne, se mettant en scène, évoquant les ressentis d’une personne vivant un deuil, du moment où on lui annonce la mort de l’être cher jusqu’au moment où celle-ci est sur le point d’être acceptée. Leur ton est calme, posé et monotone, montrant tout de même la tristesse et le manque ressenti à la mort d’un proche. Mais la musique incluant des rythmes latinos, notamment sur le pont de Bigflo, rend ce moment chaleureux, où les proches du défunt se réjouissent d’avoir eu la chance de connaître la personne qui n’est plus là et heureux de savoir qu’un jour, ils la retrouveront de l’autre côté, d’une manière ou d’une autre. Un morceau au premier abord larmoyant, mais rempli de positivité, qui aidera peut-être les personnes vivant un deuil, en les enveloppant de sa douceur rythmique et de ses mots encourageants.

« Sur la Lune » : Un des morceaux qui, selon moi, est des plus positifs de l’album, et qui, par conséquent, en est mon morceau préféré. C’est une chanson qui nous pousse à croire en nos rêves : viser la lune pour retomber dans les étoiles en cas d’échec. Il est également motivant, traitant de la persévérance et du travail nécessaire pour les réaliser et se donner les moyens de réussir et d’y croire. Il admet aussi le doute et les difficultés que cela implique (« J’te mentirai ») tout en terminant tout de même par l’importance de garder espoir et de ne jamais baisser les bras, les yeux toujours fixés vers nos objectifs (« alors je la montre du doigt, et ça devient possible »). Il pousse à ne pas avoir peur de l’échec, à ne pas avoir peur tout court, afin de tenter ce que l’on a envie de tenter et faire les choses quand on en a envie. Cependant, il est aussi très réaliste et rempli d’une nuance non négligeable. En effet, il y a dans ce morceau cette idée de faire les choses tant qu’il est encore temps, tant qu’on le peut encore afin de ne pas avoir de regrets plus tard, mais il y aussi la mise en garde qu’il ne faut pas, pour autant, faire les choses n’importe comment. Effectivement, le premier couplet traite des choses à faire tant qu’il est encore temps et avant que d’autres étapes de notre vie soient déjà là et rendent les choses moins faciles à entreprendre. Mais le deuxième, lui, parle d’une personne ayant profité de sa vie et entrepris tout ce qu’il voulait entreprendre mais en oubliant aussi de profiter des gens qu’il aime et des personnes qui ont croisées son chemin. Profiter de la vie n’est pas seulement faire un maximum de choses et avoir une vie bien remplie, c’est aussi savoir apprécier ce qu’il y a autour de nous, ce que l’on est, ce que l’on a. Motivant, encourageant, réaliste et bienveillant, le tout sur une mélodie pleine de douceur, ce titre est parfait pour bien commencer une journée de manière motivée et énergique.

« C’est que du rap… » : Quatrième featuring de l’album, et pas des moindres puisque cette fois ci ce sont deux phénomènes du rap, dont Bigflo et Oli eux-même étaient fans, qui s’invitent sur leur album. Quoi de mieux comme preuve que leur rêve est bel et bien au sommet de leurs espérances et que leur « vie de rêve » est bien enclenchée que de faire un feat sur leur propre album avec des rappeurs pour lequel ils faisaient les premières parties il y a encore quelques années ? Tout est dans le titre : C’est un morceau rap, avec du rap, encore du rap, toujours du rap… et de l’égotrip, bien entendu ! L’une des choses que l’on ne peut pas nier en écoutant ce morceau, c’est la complicité entre les artistes qui émanent du début à la fin du titre. C’est un véritable « kiffe » entre potes, les fans de rap sont servis, les artistes se font plaisir, que demandez de plus ?

« Château de sable » : Magnifique chanson d’amour écrite avec le champ lexical de la mer. Mon cœur de littéraire est plus que servi avec un morceau si recherché, construit, mêlant aussi bien poésie et production envoûtante. Tout le long de la chanson est une métaphore filée, parfaitement rythmée et avec un vrai travail sur les sonorités. Bigflo et Oli nous font part, une nouvelle fois, de cette capacité qu’ils ont à nous embarquer dans des scénarios toujours plus profonds, en nous immergeant dans les vies de leurs personnages avec talent. Cette chanson est comme une bulle nous plongeant dans nos souvenirs, provocant une vague de sentiments et permettant à notre tristesse de venir s’échouer sur la plage. Le fond et la forme ne font qu’un. L’histoire qu’ils racontent contribue au message qu’ils veulent faire passer et les mots qu’ils utilisent illustrent parfaitement le tableau qui s’est dessiné dans notre tête au fil de la chanson. Mes félicitations Capitaine !

« Il est où ton frère » : Après les chansons « Papa » et « Maman », il en fallait bien une pour les frères afin de boucler la boucle. Flo et Oli s’écrivent une lettre durant leurs vacances respectives loin l’un de l’autre. Ils se livrent à cœur ouvert sur l’amour et l’immense respect qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. C’est un bel exemple d’amour fraternel rempli de sincérité et de pudeur. C’est ce qui rend ce titre extrêmement touchant. Il y a, de plus, un joli travail sur les sonorités et les figures de style avec par exemple ce passage du couplet de Flo :

« Et j’entends le bruit de la houle qui anime la mer
Il me rappelle celui de la foule quand on fait des concerts »

ou encore celui-ci dans le couplet d’Oli, qui, personnellement, est une de mes citations préférées des frères :

« Et parfois je m’inquiète, j’espère que t’es vraiment heureux
Tu nous dis pas grand chose alors je fouille au fond de tes yeux
T’es mon exemple à tes côtés j’apprends encore
Comment tu stockes autant de talent dans un si petit corps ? ».

Enfin, nous pouvons remarquer indirectement les traits de caractères différents des deux frères qui se ressentent à travers leur style d’écriture : Flo utilise « on » quand il parle de son frère, ce qui signifie qu’à ses yeux, il n’est rien sans lui dans le sens où il s’imagine toujours ensemble et fait peut-être écho à une citation d’Oli dans « Olivio » :

« Avec l’écriture on adorait s’évader, comme des jumeaux toujours ensemble, L’histoire de deux frères qui écrivent dans leurs chambres ».

Oli, quant à lui, utilise « Tu », signifiant également qu’il n’est rien sans son frère dans le sens de l’admiration, c’est lui qui lui a tout appris et il est fier d’être son petit frère.

Encore une fois, on retrouve beaucoup d’émotions dans ce morceau et si « Sur la lune » est mon morceau préféré de l’album, « Il est où ton frère » est celui qui m’émeut le plus. Écoutez-le et prenez une bonne dose d’amour dans vos oreilles.

« La vie de rêve » : Bilan de leur nouvelle vie suite au succès qu’ils ont rencontrés avec leur deuxième opus « La Vraie Vie » dont ce titre fait bien évidemment écho au titre éponyme de ce dernier. Bigflo et Oli bouclent une boucle avec ce titre. « La vraie vie » ouvre le deuxième album, « La vie de Rêve » ferme le troisième. Flo le dit lui-même, ils sont passés « de la Vraie Vie » à « La vie de rêve », dernière phrase du troisième album qui, depuis la sortie du deuxième, était prévu de fonctionner en diptyque avec lui. Ainsi, comme dans le morceau « La Vraie Vie », « la vie de rêve » présente un vrai travail de recherche sur le texte, les sonorités, la poésie. Leur ton est le même sur les deux morceaux et les références à leurs carrières et leurs précédents albums sont nombreuses. On retrouve les valeurs et les bases qui motivent Bigflo et Oli dans leurs textes, ce qui les rend différents, attachants, simples et authentiques…et ils en ont conscience : « Je dois être un exemple, j’ai pas peur de jouer mon rôle Parce qu’y’a beaucoup d’enfants qui écoutent du rap dans les écoles ». Leur maturité et leur simplicité, encore une fois, transperce ce morceau dans lequel ils se livrent, mêlant confiance, remerciements et respect. La boucle est bouclée, leur vie à complètement changée et ils en font le bilan sérieux et différent par rapport à celui qu’ils font dans « Nous Aussi 2 ». Là, il n’est plus question de faire les malins façon égotrip, leur but est atteint, ils ont réalisé leur rêve,« de la vraie vie, à la vie de rêve ».

Cet album marque donc la fin d’un cycle pour Bigflo et Oli. On pourrait donc se demander ce qu’ils pourraient bien faire maintenant ? Ils semblent avoir réalisé leur rêve, partageant même la scène et le studio avec les rappeurs qu’ils admiraient plus jeune, le succès est au rendez-vous et les salles sont pleines. C’était donc, effectivement, le moment de la prise de recul, de la pause pour Bigflo et Oli, afin de ne pas perdre pied face à la fulgurance de leur succès. En effet, tout au long de l’album, ils nous font part de l’envers du décor du monde de la célébrité et des sacrifices qu’ils ont du faire pour arriver là où ils sont aujourd’hui. Ils doivent donc prendre du recul pour mieux appréhender la suite, durer dans le temps, continuer sans s’user tout en restant fidèle à eux-même et proches des gens qu’ils aiment.

Flo et Oli se complètent, on peut le voir tout au long de ce troisième album. Il y a beaucoup de maturité et de prise de risque dans ce dernier album, mais il y a aussi une prise de recul nécessaire sur leur nouvelle vie qui marque une certaine évolution positive entre « La Vraie Vie » et « La Vie de Rêve ». Ainsi, leur premier album « La Cour des Grands » passe, avec le recul, pour un lancement où on peut imaginer Bigflo et Oli se dire : « On tente, on verra bien. ». Ensuite avec « La Vraie Vie », on pourrait les entendre dire « La machine est lancée. Maintenant il faut tenir bon et faire au mieux. » Enfin, sur ce troisième album, nous pourrions y voir une certaine maîtrise de ce qu’ils font avec une pensée telle que : « On maîtrise, on sait comment marche ce monde de la musique, on a compris. Maintenant, on sait qu’on est capable. A nous de garder le cap ! ». L’évolution entre les trois albums monte crescendo en lien avec leur confiance en eux et leur maturité. A chaque fois, ils nous impressionnent un peu plus et nous prouvent qu’ils ont encore des choses à nous donner. Dans ce dernier opus, ils sont confiants et savent ce qu’ils veulent, ce qu’ils font et comment ils veulent le faire. Ils rappellent leurs convictions, leurs principes, comme pour assurer qu’ils n’ont pas changé et qu’ils veulent garder les mêmes objectifs depuis le début. Le succès est là, et ils nous montrent qu’ils ne s’y sont pas noyés. Vivement le nouveau cycle ! Mais pour cela, il va falloir faire preuve d’un peu de patience…

En attendant, si vous voulez écouter l’album pour vous faire votre propre idée vous le retrouverez sur Deezer ici, ou sur Spotify là. Encore mieux, si vous voulez vous le procurer, c’est par ici.

Vous pouvez aussi apprécier Bigflo et Oli sur scène en regardant leur Live à l’U-Aréna de Paris, le 26 octobre 2019 (j’y étais ! lol) en cliquant sur le lien ci-dessous. Ça nous rappellera la belle époque, celle où sortir en concert était encore autorisé…(« Pas essentiel »).

Elo-Esperanza

amour analyse avis Beatbox berywam bigflo bigflo et oli Blog book chanson concert couple critique culture dieu Disney désir famille Fan Fantastique foi harry Potter hip-hop lecture life lifestyle littérature live livre magie music musique oli paroles rap rap français rappeur roman stadium story life texte toulouse vie visionnaires écriture

QU’EST-CE QUE L’UCHRONIE ?

L’uchronie – Qu’est-ce que c’est ? L’uchronie est un néologisme créé au XIXe siècle par Charles Renouvier, philosophe français, entré dans le dictionnaire français en 1913 et dans le Nouveau Larousse Universel en 1948. Ce mot est fondé sur le modèle de l’utopie : la lettre u- est un préfixe de négation et le mot « chronie » … Lire la suite QU’EST-CE QUE L’UCHRONIE ?

ANALYSE DU TWISTED TALE « HISTOIRE ETERNELLE » DE LIZ BRASWELL

Qui n’a jamais rêvé d’écrire ses propres histoires, son propre livre pour créer un nouveau monde, une nouvelle vie ou encore simplement partir à l’aventure ? Moi, en tout cas, j’en ai toujours rêvé. A tel point, que quand je lisais un nouveau livre qui me passionnait, j’étais jalouse de ne pas en être l’auteure. … Lire la suite ANALYSE DU TWISTED TALE « HISTOIRE ETERNELLE » DE LIZ BRASWELL

MON VOYAGE AU SENEGAL

Voyage au Sénégal – Part 1 « Fais tes bagages chérie, on se barre au Sénégal ! » Bon, ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça, mais presque. Fin Mars, j’ai appris que je partais au Sénégal pendant 1 semaine et que ce voyage était prévu 1 mois après. Whaaaaaaat ? Mais j’ai pas … Lire la suite MON VOYAGE AU SENEGAL


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s